Clermont Innovation Week

Allier femmes et numérique : c’est possible !

Le Pôle Métropolitain Clermont Vichy Auvergne a organisé un webinaire pour présenter ces femmes dans le numérique ainsi que le livret de témoignages inspirants de 17 femmes dans le numérique. L’objectif est de sensibiliser les acteurs aux freins mais aussi aux opportunités rencontrées par les femmes dans le métier du numérique et grâce au livret de témoignages, d’essayer d’inspirer et d’entraîner les nouvelles générations dans le numérique. Retrouvez le livret dans son intégralité juste ici.

Les questions que l’on se pose : Pourquoi le numérique est-il devenu hyper masculin ? Pour y répondre, une petite histoire des femmes dans le numérique est évoquée et trois femmes travaillant dans ce domaine sont venues témoigner.

Le numérique au féminin.

Les femmes ont toujours été présentes dans le secteur du numérique. En 1965 les femmes représentaient 30% dans le secteur aux États-Unis et 35% en France en 1982. Aujourd’hui, elles représentent seulement 27%. Pourquoi ce changement ? Séverine Martin de chez LDigital raconte que ce changement intervient dans les années 1990 quand l’ordinateur et internet arrivent dans notre quotidien. Elle explique qu’il n’y a pas moins de femme dans le domaine mais bien plus d’hommes et beaucoup d’inventions ont été attribués aux hommes.

Comment faire alors pour que le numérique devienne plus paritaire ? Il faudrait sensibiliser les jeunes filles au numérique dans leur scolarité. Au moment du choix d’études, les jeunes filles préfèrent se diriger vers les sciences humaines ou les langues, pour la plupart, car le numérique est représenté comme un monde de geek. Les parents peuvent aussi être une barrière par manque d’encouragement. Les sensibiliser à tous les métiers du numérique pourraient les aider à choisir ce secteur. Et même si ces jeunes filles choisissent cette filière, environ 35% d’entre elles arrêtent leur carrière autour de 30 ans. Pourquoi ? Car elles estiment que leur situation familiale, au moment où elles deviennent mères, ne peut s’accorder avec leur carrière. Alors que les hommes font carrière à cet âge là.

Quelles en sont les conséquences ? Il existe donc une fracture numérique entre les hommes et les femmes. Les femmes, étant en sous nombre dans ce domaine sont donc sous représentées. Severine Martin prend l’exemple des premiers GPS : ils reconnaissaient mal la voix des femmes. Pourquoi ? Tout simplement parce que ces GPS ont été mis en place par des hommes, testés par des hommes et mis sur le marché par des hommes. L’intelligence artificielle dans le GPS reconnaissait une voix masculine et non féminine. Pour éviter que cela se produise, les femmes doivent prendre plus d’assurance, elles peuvent devenir, autant que les hommes, développeuse.

Témoignages de femmes inspirantes.

Le parcours du numérique est accessible aux femmes, en voici trois témoignages.

Sophie Sellier est directrice de l’agence Sopra Stéria de Clermont Ferrand. Elle pense que c’est important de témoigner pour sensibiliser, de lutter contre les stéréotypes, de sauver des vocations et d’expliquer ce qu’est en soi l’informatique. Il est important pour Sophie de se rapprocher des femmes en reconversion ou sans emploi pour les sensibiliser au numérique. C’est important pour Sophie aussi car il faut mettre en avant ces femmes qui se sont lancées dans le numérique et qui ont montré que c’est possible. Dans son propre parcours, elle explique qu’elle n’a pas eu de problème pour entrer dans ce secteur, pour elles ce sont seulement des opportunités. Elle a aussi eu sa maman comme soutien. Celle-ci a elle-même entrepris une carrière dans le numérique à partir des années 1969, elle a été un modèle pour Sophie.

Si je dois mettre en chair cette héroïne, c’est simple, je vais citer ma maman parce que ce ma maman a fait de l’informatique en 1969. C’est pour moi une femme modèle professionnellement, car elle a fait ce choix et bizarrement un peu transmis, elle a fait un choix de liberté, notamment par rapport à l’indépendance financière. C’est pour moi inspirant, ça m’a dirigé et aidé pendant plusieurs années.

Sophie Sellier

Adeline Fradet a lancé l’application Whisperies, une plateforme de livres numériques pour enfants de 2 à 10 ans, qui propose une nouvelle histoire toutes les semaines accessible via un abonnement. Pour elle, devenir entrepreneuse dans le numérique n’a pas été une difficulté non plus, mais plutôt un « sauvetage ». Adeline explique qu’elle était salariée pendant de nombreuses années et que l’entrepreneuriat l’a sauvé. Selon elle, le plus compliqué a été de quitter son poste et de se lancer, de tout changer. Pour elle, l’entrepreneuriat c’est des opportunités. Par exemple, être une femme dans le numérique c’est apporter du changement et surtout, puisque les femmes sont très peu présente, c’est plus facile d’être visible, de se faire repérer.

Les femmes inspirantes il y en a partout.

Adeline Fradet

Cécile Eynard, consultante et formatrice en communication digitale à l’agence Uccello et membre bénévole LDigitale a un long parcours en entreprise. Elle prend très vite sa place dans le numérique quand elle devient entrepreneuse et crée Uccello, une agence de communication spécialisée dans l’art. Cécile attache beaucoup d’importance aux rôles modèles et participe à un projet d’interviews et de portraits mettant en avant ces étudiantes et apprenantes dans les métiers du numérique. Elle explique que les rôles modèles sont importants mais qu’ils ne doivent pas seulement être femme. Il faut aussi apporter de la mixité dans ces rôles modèles pour que toutes les femmes puissent s’y retrouver, s’identifier.